Blog

En direct de la team Opentime...

Avec le mot-clé 'télétravail' nous avons trouvé...

  1. 17 mars – 11 mai 2020. 55 jours de confinement strict pour les secteurs professionnels « non essentiels ». Malgré l'inquiétude face au contexte, malgré la fatigue causée par le cumul des charges familiales et professionnelles, malgré les douloureuses restrictions, l'expérience collective du télétravail a aussi apporté sa part d'enseignements. Dans cette série d'articles, la penseuse et écrivaine Peggy Avez propose un regard philosophique sur certains effets libérateurs du télétravail.


    La liberté de choisir son heure

    Avoir l'initiative de son emploi du temps transforme l'acte de travailler. Un leitmotiv récurrent chez les free-lance. C'est aussi ce que de nombreuses personnes salariées ont (re)découvert durant la crise du coronavirus. Quitte à travailler lorsque les enfants dorment, à jongler d'improvisations en improvisations pour pallier à court terme la fermeture des écoles, le fait de ne plus subir les horaires rigides uniformément imposés par les entreprises leur a restitué la jouissance d'un plaisir simple : organiser soi-même sa journée. Même lorsqu'on ne décide pas de ses contraintes, pouvoir choisir la façon dont on les articule dans sa journée, en respectant le rythme propre de ses besoins, comporte une part de liberté dont nous prive le fonctionnement habituel, uniforme et hiérarchisé du travail salarié.

    Pourquoi est-ce si important non pas seulement de choisir ce qu'on fait, mais de choisir le moment où on le fait ? Pourquoi certain·e·s se disent prêt·e·s à travailler plus à condition de pouvoir choisir leurs horaires ?

    Cette motivation aux apparences toutes contemporaines se trouve déjà finement décrite chez Jean- Jacques Rousseau. Le penseur de l'émancipation politique et pédagogique avait découvert pour lui- même une autre forme de liberté, à la première personne : celle d'une temporalité rendue possible par la solitude (récemment appelée « distanciation sociale » !) et ses rêveries. Disposer de son propre temps constitue une expérience fondamentale de liberté.

    « Jean-Jacques – c'est ainsi qu'il se dépeint – déteste la gêne autant qu'il aime l'occupation. Le travail ne lui coûte rien pourvu qu'il le fasse à son heure et non à celle d'autrui. »
    Rousseau, juge de Jean-Jacques

    Il suffit qu'on lui prescrive le moment d'une action pour que celle-ci devienne illico un obstacle tant à son plaisir qu'à sa liberté. Car le timing imposé par autrui m'interdit d'avoir l'initiative de mon action, initiative pourtant déterminante pour le plaisir que j'en tirerai. La planification des mes journées par autrui me dépossède de ma capacité d'initier mon présent, de telle sorte qu'elle suffit à transformer une action en travail servile. Initier, c'est commencer intentionnellement. L'initiative n'est donc pas seulement le choix d'une action, mais le choix du moment où j'entreprends cette action. Le contexte temporel de mon existence détermine mon degré de liberté.

    Soit, mais le temps n'est-il pas toujours contraint par sa limite quantitative et par son irréversibilité ? Le temps n'est-il pas toujours un obstacle douloureux pour mes projets ? Rousseau nous interpelle au contraire : le temps n'est pas une contrainte, pas plus que ne le seraient nos instruments de mesure (montres, horloges, smarphones...). Mais il devient vecteur de contraintes lorsqu'autrui en use pour me prescrire mes actions. Assujetti aux attentes, pressions, désirs des personnes qui m'entourent, le temps cesse de m'appartenir ainsi que tout ce que j'y accomplis. À l'inverse, il suffit que je puisse initier moi-même une action pour qu'à mes yeux au moins, elle devienne libre.

    « Après avoir donné la matinée à divers soins que je remplissais tous avec plaisir, parce que je pouvais les remettre à un autre temps, je me hâtais de dîner pour échapper aux importuns, et de me ménager un plus long après-midi. (...) Me voilà maître de moi pour le reste de ce jour ! »
    Rousseau, Lettre à Malesherbes

    On remarque ici le plaisir évoqué par celles et ceux qui apprécient des formes souples de télétravail : les tâches peuvent me devenir agréables si je les exécute au moment où je choisis de le faire. Je peux faire avec enthousiasme ce que j'aurais fait dans la souffrance sous l'injonction arbitraire de quelqu'un.

    Conformément à l'idéal moderne de liberté, résumé par Benjamin Constant dans De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, la jouissance privée suppose l'indépendance protectrice de l'individu à l'égard de la volonté d'autrui. La liberté s'accompagne toujours du plaisir d'avoir fait ce qu'on a voulu et non ce qu'autrui a voulu qu'on fasse. Nous ne nous épargnerons jamais certaines contraintes, mais nous pouvons vivre de telle sorte que ces contraintes ne soient pas instrumentalisées dans un rapport de domination. Pouvoir organiser soi-même ses journées, c'est faire ce qu'on a à faire sans jamais obéir à un ordre.

    « Je n'ai jamais cru que la liberté de l'homme consistât à faire ce qu'il veut, mais bien à ne jamais faire ce qu'il ne veut pas, et voilà celle que j'ai toujours clamée, souvent conservée, et par qui j'ai été le plus en scandale avec mes contemporains. »
    Rousseau, Rêveries du promeneur solitaire (Sixième promenade)

    Ces quelques remarques rousseauistes nous permettent d'approfondir la dimension temporelle de notre liberté : nous n'avons pas seulement besoin d'espace pour agir librement. Il nous faut aussi libérer le temps des multiples pressions et compressions qu'il subit dans nos pratiques actuelles, ce qui suppose de modifier en profondeur notre représentation du travail et de ses impératifs soi-disant incontournables.

    Contrairement à l'approche quantitative management néolibéral, le temps de travail n'est pas qu'une ressource mesurable à maximiser ! Pour être humain, l'organisation de notre temps doit pouvoir exprimer notre intentionnalité, donc notre capacité à tenir compte de notre rythme, de nos contraintes, de nos facilités et difficultés, en vue de travailler de la façon la plus adéquate. Cela ne nous empêche bien sûr pas de comprendre certaines contraintes de synchronisation sociale lorsque les échéances, réunions ou rendez-vous sont indispensables. Mais ces contraintes professionnelles et personnelles – si elles sont pertinentes – doivent pouvoir être appropriées par la personne qui peut user de sa capacité à les évaluer et à les articuler au mieux. À l'inverse, l'hyperplanification épuise et conduit souvent les salarié·e·s à devoir s'arrêter plus ou moins ponctuellement, faute d'avoir pu initier un rythme respirable. Plus les horaires sont rigides, plus les individus doivent perdre leur énergie à subir, plutôt qu'à agir.

    Ce constat déborde la sphère professionnelle. Bien que nous aimions nos ami·e·s, nos loisirs, nos familles, le remplissage de nos agendas finit par nous ôter la possibilité d'improviser – d'improviser ne serait-ce qu'un repos nécessaire mais non planifié ! – et réduit par là notre entrain. C'est que nous avons besoin de reconnaître dans le fil de nos journées la marque de notre pouvoir d'initiative, tout comme nous avons besoin de reconnaître dans les espaces que nous habitons la marque de notre personnalité. Au fond, ce n'est sans doute pas le bonheur que nous attendons du travail, mais la possibilité d'habiter personnellement le monde par ses actions et ses talents, au lieu d'y être réduit à une main d'oeuvre mesurable.

  2. Depuis le mercredi 4 mars, une procédure simplifiée d'arrêt de travail a été mise en place pour les parents qui doivent garder leur enfant à la maison.

    Si l'école ou la crèche de l'enfant est fermée, l'employeur peut demander, en ligne, un arrêt de travail pour les salariés qui doivent garder leur enfant grâce au télé-service. Cet arrêt durera 14 jours calendaires à partir du début de l’arrêt déclaré. De plus, le salarié percevra des indemnités journalières sans délai de carence, ainsi qu'un complément de salaire de la part de son employeur (mais seulement selon certaines conditions).

    Cependant, seul un des parents peut bénéficier de cet arrêt de travail, et il y a certaines conditions à respecter pour qu'il puisse être délivré :

    1. l'enfant doit être âgé de moins de 16 au premier jour d’arrêt
    2. l'établissement de l'enfant doit être fermé ou bien domicilié dans une des communes concernées (dont la liste est mise à jour régulièrement sur
    3. l'employé ne doit pas avoir les moyens de se mettre en télétravail

    Si l'enfant doit être isolé (car de retour de voyage dans les zones à risque) et qu'il n'y pas d'autre moyen de le faire garder : l'employé doit appeler l'agence régionale de santé pour qu'un médecin habilité puisse faire un arrêt de travail correspondant à la durée d'isolement préconisée de l'enfant. Dans ce cas, le salarié pourra percevoir des indemnités journalières de sécurité sociale.

    Grâce à Opentime, vous pouviez déjà faire des demandes de télétravail si vous devez garder votre ou vos enfants à la maison. Pour cela, il vous suffit de suivre la démarche présentée dans notre FAQ.

    Mais si vous n'en avez pas les moyens, vous pouvez également faire une demande de « Congés maintien à domicile – Coronavirus ». En effet depuis le jeudi 12 mars 2020 en fin de matinée, tous les nouveaux comptes comporte le type « Congés maintien à domicile – Coronavirus » dans la liste des congés de base d'Opentime. Cette liste est par ailleurs totalement modulable.

    Pour faire une demande d'absence, il vous suffit d'aller dans l'onglet Ressources humaines puis Demandes d'absence.

    Onglet Demandes d'absence
    Onglet Demandes d'absence

    Ensuite vous devez cliquer sur + Demande de congés puis remplir le formulaire.

    Bouton d'ajout
    Bouton d'ajout

    Il faudra ensuite confirmer la demande en la cochant et appuyant sur Confirmer, et l'administrateur pourra par la suite la valider.

    Un administrateur peut également exécuter la même démarche pour mettre des jours de congés à un des utilisateurs. Il suffira juste d'indiquer le nom de l'employé dans le formulaire de demande de congés, puis de confirmer et finalement de la valider.

    Formulaire de demande
    Formulaire de demande
  3. Depuis le mois de janvier 2020, le module de télétravail est disponible dans les packs RH et Premium de notre logiciel Opentime. Et même si on vous a déjà expliqué dans le billet d'il y a quelques jours que cette nouvelle méthode de travail progresse petit à petit en France, il pourrait rapidement être mis en place à plus grande échelle et cela à cause de l'expansion du coronavirus. Ainsi pour faciliter sa mise en place, le module de télétravail est désormais disponible dans les packs Start et Projet d'Opentime. Il est donc disponible pour tous !

    Où trouver le module de télétravail
    Où trouver le module de télétravail (une fois qu'il est activé sur votre instance)

    Vous pouvez tester cette fonctionnalité grâce à l'essai gratuit de 30 jours et nous contacter par mail ou par téléphone au 03 20 06 51 26 pour une démo.

    Et pour limiter le risque de transmission, n'oubliez pas :

    • Lavez-vous les mains très régulièrement
    • Utilisez des mouchoirs à usages uniques
    • Toussez et éternuez dans votre coude
    • Evitez les embrassades et ne serrez pas la main pour vous saluer
    • Portez un masque si vous êtes malade

    Si vous avez des questions, un numéro vert est en place 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000 ou appelez le 15.

  4. Depuis quelques années, le télétravail séduit de plus en plus les salariés, mais les employeurs aussi ! Selon l'Observatoire du télétravail, 17 % des salariés français seraient concernés par cette nouvelle organisation du mode de travail.

    Qu'est-ce que le télétravail ?

    C'est lorsqu'un salarié exerce son activité professionnelle à distance de son entreprise, que ce soit depuis son domicile ou dans un bureau équipé mis à sa disposition par l'employeur, grâce aux outils de télécommunication (internet, téléphone, etc.). Bien que théoriquement le télétravail puisse être appliqué par tous, il ne s'agit pas pour autant d'un droit pour les salariés. Il peut se faire à la demande du salarié ou sur proposition de l'employeur.

    Le télétravail possède de nombreux avantages, aussi bien pour le salarié que pour l'employeur. Pour ce dernier, il permet entre autres d'accroître la motivation et l'implication des salariés notamment en améliorant leur qualité de vie au travail, mais également de faire baisser l'absentéisme et le turnover dans l'entreprise. Pour le télétravailleur, il est donc possible d'avoir des horaires de travail plus souples ainsi qu'une diminution de la fatigue et du stress, mais aussi une augmentation de l'autonomie et des responsabilités.

    Le module de télétravail chez Opentime

    Le télétravail permet essentiellement de manager le temps des salariés de façon différente. C'est dans l'optique de faciliter cette démarche que depuis le mois de janvier 2020, un module de télétravail avec et sans validation a été ajouté à Opentime. Il rend possible, entre autres, la création d'une demande avec ou sans validation, pour le matin, l'après-midi ou bien une journée complète.

    Ainsi un collaborateur peut faire une demande de télétravail :

    Bouton pour ajouter une demande de télétravail
    Formulaire de demande de télétravail

    Ensuite son responsable pourra les valider (ou non) :

    Demande de validation

    Et enfin cette journée de télétravail apparaît dans sa grille hebdomadaire.

    Bien sûr il existe un tableau de bord avec toutes les journées en télétravail pour le service RH et/ou la direction :

    Tableau récapitulatif du télétravail

    Cette fonctionnalité est disponible dans les packs RH et Premium.

    Si vous souhaitez une démo, contactez-nous par mail ou par téléphone 03 20 06 51 26. Et bien sûr vous pouvez aussi créer votre compte directement.

  • page
  • 1